La prévention et la gestion des surdoses d’opiacés au Canada est facile et permet de sauver des vies

En 2013, 308 personnes ont perdu la vie, en Colombie Britannique seulement, suite à des surdoses causées par la consommation de drogues illicites. Le pire, dans tout cela ? Il est tout à fait possible d’éviter les décès causés par les surdoses d’opiacés.

Et ce, non seulement du point de vue « si les gens ne consommaient pas de drogues… les surdoses n’existeraient pas ». Parce que bien qu’au sens strict, cette affirmation soit vraie, nous savons bien que les gens consommeront toujours des drogues. Depuis un siècle, les drogues sont interdites et les personnes qui vendent et consomment des stupéfiants sont arrêtées et incarcérées. Cette approche n’a rien changé à la situation.
Nous devons être réalistes et pragmatiques. La consommation de drogue existe et continuera d’exister. Prévenons donc les décès et les méfaits liés aux surdoses. La Coalition canadienne des politiques sur les drogues collabore avec des experts provenant des quatre coins du pays dans l’élaboration d’un ensemble de changements de politiques permettant de sauver des vies et de rendre le Canada plus sécuritaire, pour tous les citoyens.

Cliquez ici pour télécharger : La prévention et la gestion des surdoses d’opiacés au Canada

Au cours de l’élaboration de ce mémoire, nous avons rencontré plusieurs personnes dévouées et compatissantes impliquées dans la mise en oeuvre de programmes de première ligne de prévention des surdoses, d’un bout à l’autre du Canada. L’un des programmes d’intervention les plus pragmatiques et efficaces dans la prévention des méfaits et des décès liés aux surdoses est le programme « Take home naloxone ». Calqué sur le modèle de 180 initiatives similaires aux États-Unis, ce programme prévoit la distribution de trousses d’intervention au surdosage (communément appelées trousse Take home naloxone) à des personnes ayant reçu une formation sur la prévention, l’identification et les mesures à prendre en cas de surdose. La naloxone est un composé chimique qui existe depuis 40 ans et qui permet d’inverser les effets d’une surdose d’opiacés. Ce médicament n’a aucun effet narcotique et ne crée pas de dépendance.

L’organisme Streetworks d’Edmonton a lancé cette initiative au Canada et des programmes semblables ont été mis en place dans l’ensemble du Canada. Le programme de prévention des surdoses le plus solide au pays (Take home naloxone) est le programme de réduction des méfaits Toward the Heart, du British Columbia Centre for Disease Control (Centre d’épidémiologie de la Colombie Britannique, ou BCCDC)

Grâce à la participation de plusieurs organismes brittano-colombiens, le programme de naloxone s’étend sur 35 sites, des régions urbaines telles que Vancouver et Surrey, jusqu’aux plus petites villes et collectivités rurales telles que Cranbrook, Campbell River et Fort St. John. Près de 1 000 personnes ont reçu cette formation, y compris le personnel et les bénévoles travaillant dans des centres de santé et de services sociaux, ainsi que les amis et membres des familles de toxicomanes. Plus de 600 trousses ont été distribuées à des clients qui consomment des opiacés, et divers matériels didactiques sont en cours d’élaboration, afin de permettre à nos partenaires communautaires d’élargir la portée du programme. Depuis ses débuts en 2012, les effets de 55 surdoses ont été renversés.

Bien que l’efficacité de ces programmes simples de prévention des surdoses ait été démontrée, des défis majeurs font obstacle à leur propagation. La naloxone est vendue uniquement sur ordonnance, elle est coûteuse et ne fait pas partie de la liste de médicaments couverts par les régimes provinciaux d’assurance-médicaments. Un défi encore plus important est l’absence d’une Loi nationale du bon samaritain, qui empêcherait les personnes d’être mises en état d’arrestation et inculpées pour possession de drogues, lorsqu’elles demandent de l’aide en cas d’urgence. Onze états américains ont adopté des Lois du bon samaritain, souvent avec l’appui bipartite des législateurs.

Nous espérons que cet énoncé de politiques contribuera à éliminer les obstacles aux programmes de prévention des surdoses. Voilà la solution la plus réaliste de prévenir les décès causés par les surdoses d’opiacés.

Donald MacPherson

About Donald MacPherson

Donald MacPherson is the Executive Director of the Canadian Drug Policy Coalition and one of Canada’s leading figures in drug policy. In 2000 he published Vancouver’s groundbreaking Four Pillars Drug Strategy that precipitated a broad public discussion on issues related to addiction.

Inscrivez-vous pour recevoir les dernières nouvelles et mises à jour

INTÉRÊT GRANDISSANT À L’INTERNATIONAL POUR L’ANALYSE DE SUBSTANCES... juin 30, 2017

Avec une attention internationale grandissante sur les impacts et le grand potentiel des services d’analyse de substances, un certain nombre d’évènements à la conférence de HR17 ont présenté des résultats…

Façons de contribuer décembre 21, 2016

Alors que 2016 tire à sa fin, nous nous remémorons le drame qui perdure au Canada; le nombre sans précédent de décès liés aux surdoses cette année. À la CCPD,…

Le temps est venu de repenser notre approche... mars 30, 2015

Il s’agit du troisième d’une série de trois articles consacrés à l’importance d’envisager une réforme des politiques et programmes en vigueur dans les prisons canadiennes. Vous pouvez consulter le premier article…

Une situation douloureuse : L’accès aux médicaments en... février 2, 2015

Il s’agit du deuxième d’une série de trois articles consacrés à l’importance d’envisager une réforme des politiques et des programmes en vigueur dans les prisons fédérales canadiennes. Vous pouvez consulter…

Le contexte entourant l’application des lois antidrogues dans... décembre 16, 2014

Voici le premier d’une série de trois articles consacrés à l’importance d’envisager une réforme des politiques et programmes en vigueur dans les prisons canadiennes. Au cours des dernières années, le…

Assurer la sûreté des festivaliers en adoptant des... décembre 9, 2014

L’approche de l’hiver évoque en moi des souvenir de la saison estivale.  Comme bon nombre de jeunes Canadiens, j’ai passé un été rempli d’aventures, de randonnées pédestres et de camping,…