Qu’est-ce que la naloxone?

La naloxone est un composé chimique sécuritaire et très efficace qui inverse les effets des opiacés comme l’héroïne. Depuis 40 ans, elle est utilisée dans des milieux cliniques comme traitement d’urgence contre les surdoses d’opiacés. Aux É.-U. et en Europe, les programmes « Take Home Naloxone » ont été associés à des réductions de jusqu’à 34 % des décès liés aux drogues[1]. L’utilisation de la naloxone au Canada est autorisée depuis plus de 40 ans, et elle figure à la Liste modèle de l’OMS des médicaments essentiels. La naloxone ne peut faire l’objet d’abus – en l’absence de narcotiques, elle ne présente essentiellement aucune activité pharmacologique. La naloxone ne fonctionne qu’avec les drogues de la famille des opiacés/opioïdes – elle n’est pas efficace pour les surdoses d’autres drogues comme la cocaïne.

Comment la naloxone peut-elle réduire le nombre de décès liés aux drogues?

La naloxone peut jouer un rôle majeur dans la prévention des décès – surtout si elle peut être administrée à une personne en surdose aussi tôt que possible. Afin de maximiser l’effet de la naloxone sur les décès liés aux drogues, il faut que la naloxone soit disponible sur les lieux de la surdose avant l’arrivée de l’aide spécialisée. Ce qui veut dire que la naloxone doit être disponible pour les membres de la communauté, aux fins d’utilisation d’urgence. Les programmes « Take Home Naloxone » ont été liés à des réductions de jusqu’à 34 % des décès liés aux drogues[2].

L’accès à la naloxone varie autour du monde, notamment les doses à apporter (take-home) pour les personnes qui utilisent des drogues illicites en Europe, en Australie, de même qu’à Edmonton et Toronto. L’Écosse a instauré une National Patient Group Directive en août 2010 pour faciliter le développement de programmes de naloxone pour apporter. Les Patient Group Directives (PGD) permettent que la naloxone soit prescrite par des infirmières et des pharmaciens compétents. En Écosse, chaque personne libérée d’une prison et à risque de surdose reçoit une formation et une trousse de naloxone[3]. La naloxone est en vente libre à Turin, en Italie. Il y a plus de 180 programmes réussis de naloxone pour apporter aux États-Unis, comme le Project Lazarus de Caroline du Nord, qui a contribué à distribuer de la naloxone aux personnes qui sont à risque à cause des opiacés prescrits[4].

Au Canada, la naloxone est contrôlée à titre de médicament sur ordonnance (MSO) en vertu de l’annexe F du Règlement de la Loi sur les aliments et drogues. Elle est prescrite par les médecins à des patients désignés nommément seulement, qui sont jugés à risque d’une surdose d’opiacés. La disponibilité de la naloxone est également soumise à la législation provinciale régissant les pharmacies ainsi qu’aux organisations professionnelles comme les collèges provinciaux de médecins et chirurgiens.

La recherche a constaté que la disponibilité de la naloxone n’augmente pas l’utilisation des opioïdes. Des programmes ont remarqué que former des gens à administrer un médicament qui sauve des vies est une expérience qui change une vie.

 

 



[1] Scottish Drugs Forum. Take-home Naloxone: Reducing Drug Deaths. À l’adresse :www.sdf.org.uk/index.php/download_file/view/132/108/

[2] Buxton, et al., 2012; Scottish Drugs Forum.

[3] National Services Scotland. 2012. National Naloxone Programme Scotland Monitoring Report – Naloxone Kits Issued in 2011/12. À l’adresse : http://naloxone.org.uk/index.php/allresearch/99-reseach14

[4] Dasgupta, N. et al. 2008. « Project Lazarus: Overdose Prevention and Responsible Pain Management ». North Carolina Board of Medicine: Forum, p. 8. À l’adresse :www.ncmedboard.org/images/uploads/publications_uploads/no108.pdf

Connie Carter

About Connie Carter

Connie Carter, Ph.D. is the Senior Policy Analyst at the CDPC and a graduate of the UVIC Department of Sociology. She received a Bombardier Fellowship for her work analyzing citizen groups and government policy-makers as they responded to the issue of crystal meth use in BC in the early 2000s.

Inscrivez-vous pour recevoir les dernières nouvelles et mises à jour

INTÉRÊT GRANDISSANT À L’INTERNATIONAL POUR L’ANALYSE DE SUBSTANCES... juin 30, 2017

Avec une attention internationale grandissante sur les impacts et le grand potentiel des services d’analyse de substances, un certain nombre d’évènements à la conférence de HR17 ont présenté des résultats…

Façons de contribuer décembre 21, 2016

Alors que 2016 tire à sa fin, nous nous remémorons le drame qui perdure au Canada; le nombre sans précédent de décès liés aux surdoses cette année. À la CCPD,…

Le temps est venu de repenser notre approche... mars 30, 2015

Il s’agit du troisième d’une série de trois articles consacrés à l’importance d’envisager une réforme des politiques et programmes en vigueur dans les prisons canadiennes. Vous pouvez consulter le premier article…

Une situation douloureuse : L’accès aux médicaments en... février 2, 2015

Il s’agit du deuxième d’une série de trois articles consacrés à l’importance d’envisager une réforme des politiques et des programmes en vigueur dans les prisons fédérales canadiennes. Vous pouvez consulter…

Le contexte entourant l’application des lois antidrogues dans... décembre 16, 2014

Voici le premier d’une série de trois articles consacrés à l’importance d’envisager une réforme des politiques et programmes en vigueur dans les prisons canadiennes. Au cours des dernières années, le…

Assurer la sûreté des festivaliers en adoptant des... décembre 9, 2014

L’approche de l’hiver évoque en moi des souvenir de la saison estivale.  Comme bon nombre de jeunes Canadiens, j’ai passé un été rempli d’aventures, de randonnées pédestres et de camping,…